A la une !

En passant

A la une !

Appel au bénévolat

Nous sommes tous actrices et acteurs de notre généalogie, une généalogie participative, associative, au service du bien commun. Avec 5.279 adhérents, ...

Continuer la lecture

5ème journées généalogiques les 1 et 2 Avril 2017 à Plourin

En collaboration avec le Centre généalogique du Finistère, celui de Plourin se réunit chaque mois, de septembre à juin, à ...

Continuer la lecture

300 000 fiches matricules

Nous avons dépassé ce jour le chiffre de 300 000 fiches des registres matricules des Finistériens recensés dans notre département et celui des Côtes-d’Armor.

Ces 300 000 fiches sont accessibles à partir des relevés de leurs actes de naissance sur la base RECIF en références bibliographiques:

Il est alors précisé que la personne apparait dans les Registres Matricules numérisés par les Archives Départementales du Finistère, et vous pouvez alors cliquer et obtenir l’accès direct à la vue de l’archive.

Une belle avancée pour mieux connaître vos ancêtres nés entre 1854 et 1901 !!!!

Merci aux bénévoles et aux informaticiens du Centre Généalogique pour cette innovation !

Bien amicalement,

Thierry Martin

5ème journées généalogiques les 1 et 2 Avril 2017 à Plourin

En collaboration avec le Centre généalogique du Finistère, celui de Plourin se réunit chaque mois, de septembre à juin, à l’espace cyber. En compagnie de Marie-Françoise Le Bris et de Michel Durose du CGF et de Christophe Méasson de l’espace cyber, une douzaine de passionnés sont à la recherche de leurs ancêtres.

Le club de Plourin organise ses  5ème journées généalogiques les 1 et 2 Avril 2017 !

Une exposition sur le thème de la sage-femme du XVIII e au XIX e siècle sera présentée par Geneviève Bergot, adhérente au Centre généalogique du Finistère.

http://www.letelegramme.fr/finistere/plourin-ploudalmezeau/journees-genealogiques-une-exposition-unique-30-03-2017-11454970.php

Entrée libre.

 

le CGF dans la presse

Dimanche, le Centre généalogique du Finistère réunissait les membres de ses trois entités (Quimper, Brest et Morlaix) à Loch-Laë, à Ergué-Gabéric, pour son assemblée générale annuelle. Cette association de recherche généalogique est la plus importante de France, avec 5.279 adhérents.

« Mettre de la chair sur les relevés des naissances, mariages et décès, ou sépultures, en les enrichissant avec des sources diverses ». Tel est l’objectif poursuivi par le Centre généalogique du Finistère, selon son président. « Comme, par exemple, les actes notariés, d’une grande richesse, les documents judiciaires, tels que décrets de mariages, les registres militaires, ceux des décorations (la Légion d’honneur), etc. Un relevé d’acte devient, chez nous, le dossier de vie d’un individu », illustre-t-il. « C’est extrêmement novateur : nous sommes la seule association généalogique de France à proposer une telle avancée ».

Plus de 100.000 fiches numérisées
Le Centre généalogique vient d’intégrer plus de 100.000 fiches matricules des recensés finistériens. Il devrait avoir fini d’intégrer la totalité des fiches pour ceux nés entre 1854 et 1901 (date limite autorisée) à la fin de ce semestre. Ce travail de saisie informatique requiert de nombreux bénévoles. À terme, plus de 300. 000 fiches, avec renvoi sur la vue numérisée aux Archives du Finistère, seront disponibles. À ce jour, les adhérents au CGF, qui a des correspondants dans le monde entier, peuvent accéder à 108.668 fiches matricules numérisées ; aux dossiers de 4.125 Finistériens décorés de la Légion d’honneur ; aux dossiers de 3.859 résistants ; aux différentes informations concernant des Finistériens dans 30.000 revues, livres, journaux, dictionnaires ; à 2.857 photos.
Un appel au bénévolat

Participer aux travaux du CGF, c’est rencontrer une expertise et accéder à des documents, ou des références concernant ses ancêtres, que l’on n’imaginait même pas. Le Centre de généalogie 29 est demandeur en bénévoles, notamment en ce qui concerne la saisie informatique de documents : « Nous sommes tous actrices et acteurs de notre généalogie, une généalogie participative, associative, au service du bien commun ».

© Le Télégramme –